Mon panier

Votre panier est vide.

Actualités / Blog de la librairie

<< Page précédente123456789101112131415161718192021222324Page suivante >>

05/11/13

Plusieurs belles nouveautés la semaine dernière.
A noter 2 nouveaux titres sur l'Asie dans la collection Bibliothèque du voyageur de Gallimard : la Malaisie et le Sri Lanka. Ils arrivent à point nommé car le demande sur ces deux destinations est de plus en plus importante.

Autre destination en vogue, Copenhague. La ville nous séduit de plus en plus. Et elle a de bonnes raisons. Hachette a bien flairé le coup en lui dédiant un titre de la collection Un grand Week-end

Nous avions été enchanté par le carnet de voyage à Tokyo de Rémi Maynègre et Sandrine Garcia et bien la magie a opéré à nouveau our leur nouveau carnet consacré principalement au Koyasan lieu spirituel incontournable lors d'un voyage au Japon.

Voir les commentaires
04/11/13

Retrouver sa librairie après quelques jours off. Et sentir à nouveau la délicieuse odeur des livres.

Voir les commentaires

Bonne humeur #4

24/10/13

image

Suite de notre chronique hebdomadaire sur les livres que nous vous recommandons afin de garder le sourire.

#4 - Ce livre devrait me permettre de résoudre le conflit au Proche Orient, d'avoir mon diplôme et de trouver une femme (Éd.Vraoum)

Dans ce livre, adaptation de son blog rempli d’humour et d’ondes plus-que-positives, nous suivons les aventures de Sylvain Mazas, français expatrié à Berlin qui choisit de partir trois mois au Liban pour un projet d’étude, il nous en ramène son récit et ses constats. Il s’attache à problématiser de façon claire et drôle (à l’aide de nombreux schémas explicatifs !) les bases de notre monde moderne, et s’attaque de la même façon à plusieurs questions fondamentales telles que « Comment arriver à la Paix dans le monde ? » ou bien « Comment être heureux ? » et ce toujours avec le sourire et un esprit résolument positif. Un livre dont vous sortirez forcément optimiste !

(Par Robin)

Relire Bonne humeur #1 - Bonne humeur #2 - Bonne humeur #3

Voir les commentaires

Apprenti librairie, un métier

22/10/13

Lorsque que je suis arrivé pour ma première journée à la librairie, je m’attendais à pouvoir assouvir ma grande passion pour la lecture. Je comptais pouvoir passer des heures la tête entre les livres. Finalement, avec le recul, ce n’est pas tout à fait ça : devenir libraire implique un peu de travail.

9h30 J’arrive sereinement à la librairie, prêt pour la première journée. Je repère immédiatement la machine à café et m’apprête à entamer la lecture d’un bon vieux Nicolas Bouvier lorsque Pascal m’informe, à ma grande surprise, que nous n’avons pas de machine effectuant les commandes du site Internet automatiquement, et que c’est bien à nous de les préparer.

10h Matthieu, fier libraire, arrive à son tour dans le magasin. Ça y est, à deux ils vont pouvoir gérer la boutique, je vais enfin me la couler douce. Je m’esquive et file me cacher dans le bureau mais me fais intercepter par un client désireux de partir à New York.

11h à l’issue d’une discussion avec ce dernier sur l’intérêt de l’auto-stop dans le pays Dogon je m’apprête, en toute discrétion, à m'en retourner vers mon café froid lorsque se fait entendre derrière moi un bruit assourdissant. Le livreur vient de nous déposer de multiples cartons remplis de cartes et de livres, le si réputé poids de la culture.

16h Les cinq cartons n’étaient que les premiers d’une longue procession. Cinq heures plus tard, nous  parvenons finalement à tous les déballer, puis les enregistrer et enfin les ranger, je me prépare alors psychologiquement à une sympathique pause. Je n’avais pas encore remarqué cet étrange engin qui traînait dans le fond du bureau, le bien nommé « diable ». Le pèlerinage quotidien vers la Poste m’attendait.

17h Une étrange sensation se propage en moi. Avec toute cette organisation, je commence à éprouver certains besoins frénétiques de rangement. Tout à l’heure, j’ai vu un Routard traîner avec les Lonely Planet, et avant même de m’en être rendu compte, je l’avais remis à sa place. Que m’arrive-t-il ?

19h Me voilà au terme de la première journée. Je rentre chez moi, fourbu, mais avec une étrange hâte de revenir le lendemain. Une fois revenu dans ma demeure, je range tout mon placard à provision par ordre alphabétique et me coupe les cheveux. Le processus est en marche.

9h30 le lendemain matin : 

(Par Robin)

Voir les commentaires

Bonne humeur #3

17/10/13

image

Suite de notre chronique hebdomadaire sur les livres que nous vous recommandons afin de garder le sourire.

#3 - Une vie de racontars (Livre 1 - Livre 2) Éditions Gaïa

Jørn Riel n’est pas le genre d’homme à se laisser abattre. Après avoir traîné ses basques 16 ans au Groenland, il vit aujourd’hui sous les tropiques en Malaisie.
L’auteur des racontars arctiques, de courts récits construits à partir d’anecdotes réelles bien que largement enjolivés à l’humour décapant, tente ici l’exercice difficile de l’autobiographie.
Il nous emmène donc au gré de ses envies et aventures de son Danemark natal à la Papouasie en passant par l’Afrique ou encore Paris par le biais de ces courtes anecdotes truculentes.
Attention ces ouvrages sont capables de dérider les plus mélancoliques d’entre nous.

(Par Matthieu)

Relire Bonne humeur #1 - Bonne humeur #2

Voir les commentaires
16/10/13

Ce carnet de voyage “Cuba -New York” paru chez Elytis est un coup de cœur. La qualité des peintures est époustouflante, vous donnant presque l'envie de déchirer chaque page pour en constituer de magnifiques cadres.

Nous sentons clairement l'échéance des fêtes de fin d'année, il n'y a pas un colis de nouveautés qui ne comprend pas un beau livre, un carnet de voyage ou autre guide original qui feront certainement le bonheur des voyageurs fin décembre…

Voir les commentaires

Bonne humeur #2

09/10/13

image

Cette chronique hebdomadaire était annoncée comme un remède à la grisaille, censée vous apporter un peu de soleil dans l'automne qui s'annonçait, nous n'avions peut-être pas anticipé sur ce fabuleux été indien.

Quoi qu'il en soit voici le second ouvrage présenté .

#2 - Villes bigrement exotiques (Editions Flammarion)

En vingt destinations improbables, Crad Kilodney nous dresse un anti-guide de voyage. De Oïmakon à Pyongyang, il s’aventure dans les bas-fonds des civilisations, et nous en ramène un compte-rendu pour le moins politiquement incorrect. Désormais nous saurons tout des pratiques insolites de ces lieux peu touristiques éparpillés aux quatre coins du globe. Le tout narré avec un humour noir décapant par un personnage odieux, mais le rire fonctionne bel et bien, pour peu que l’on soit amateur de ce type de dérision.

(Par Robin)

Relire Bonne humeur #1

Voir les commentaires
08/10/13

Tremblez devant la librairie du voyage, voici l’atlas des lieux maudits.

Blague à part, voici encore un beau “livre-objet” publié en France par Arthaud. Des lieux présentés, accompagnés de leur légende et de très belles cartes.

Le premier titre de la collection fut consacré aux îles abandonnées, c'était l'un de nos coups de cœur en 2010.

A bientôt donc, à la librairie. Si vous osez franchir le seuil de la porte…

(Bon, je rassure les nombreuses personnes à me le demander, il s'agit bien d'un montage !)

Voir les commentaires

Bonne humeur #1

03/10/13

image

Même si vous voyez encore un bout de votre été à travers la grisaille qui est en train de s'installer, l’automne arrive et les dernières vacances s’éloignent peu à peu. Pour y remédier nous avons donc décidé de vous proposer une sélection de livres qui donnent la pêche, la frite ou la banane…
Bref, des livres positifs pour ne pas se laisser aller dans la morosité que l'on voudrait nous imposer. 

A l'initiative de Matthieu, cette chronique sera hebdomadaire.

#1 - L'extraordinaire voyage du Fakir qui était resté dans une armoire IKEA
Bon d’accord on s’échappe légèrement de notre registre habituel mais c'est pour la bonne cause : le rire.

Dans ce fabuleux roman, on suit donc les tribulations d’un fakir tout droit venu d’Inde pour acquérir le dernier modèle de lit à clous proposé par IKEA. De Paris à Rome, en passant par Londres, Barcelone et la Libye d’après Kadhafi, notre sage hindou va vivre une série d’aventures rocambolesques et rencontrer tout une galerie de personnages truculents.
Un ouvrage hilarant, cocasse et qui finalement se fond très bien dans nos rayons puisque, après tout, les clandestins sont bien les aventuriers de notre époque.

(Par Matthieu)

Voir les commentaires

Suivre le fil

01/10/13

image

Si vous suivez les fils d'Ariane sur Twitter ou encore Instagram vous voyez passer régulièrement des photos plus ou moins sérieuses. Les 3 dernières vous sont commentées plus en détail.

Tout d'abord, cet extrait de carte nous annonce une belle nouveauté de Michelin pour début 2014. Il s'agira de vous proposer dans un coffret une carte locale du début du 20ème siècle et l'autre estampillée 2014. Plusieurs régions françaises seront concernées. Je trouve l'idée excellente et éducative sur la manière de comprendre comment notre support papier préféré a évolué.

image

Cette année, nous avons encore passé un cap du point de vue des ventes sur le site de la librairie. Ce dernier me permet d'être positif sur la santé de notre commerce, même si notre domaine, le livre, est dans un contexte très très difficile. Pour vous la faire courte, il faut beaucoup, beaucoup travailler pour sortir un peu de marge et c'est avec honneur que grâce à cela nous arrivons à travailler à 4 (un plein temps, un temps partiel, un contrat d'apprentissage et moi). Le site a donc largement contribué à sortir la librairie de ses murs régionaux et je pense pouvoir dire, en restant modeste, que nous commençons à être reconnu sur le plan national (sans compter les très nombreux confrères qui, assez discrètement, utilisent notre site comme base de données pour renseigner leurs clients ! Nous en sommes flattés). Une fois de plus cette évolution ne se serait pas passée ainsi sans le remarquable travail de l'agence Web Addviso.

image

Il m'arrive souvent de citer Lonely Planet pour leur inventivité et leur fidélité envers les libraires. Une fois de plus, je suis conquis par leur nouveau livre “500 façons de voyager dans son canapé” qui, au-delà d'un titre pour pouvait sonner trop accrocheur, vous emmène en voyage à travers des références cinématographiques, musicales, littéraires mais aussi en vous indiquant les adresses des sites, des palaces ou autres lieux ayant servis de décors de tournage.

Reçu ce matin, une chose est sûre, je sais où je vais passer ma soirée : dans mon canapé et ce livre dans les mains.

(Par Pascal)

Voir les commentaires

Les mauvaises pèches

24/09/13

image

L’idée d’écrire un article sur ce qui ne se vend pas en librairie m’est venu après avoir bradé, presque offert, le livre d’Al Gore « Une vérité qui dérange ». Ce livre correspond typiquement à ce que l’on nomme dans les commerces : Un nanar. Un achat auquel on croit, une mise en rayon correcte, une consultation épisodique des clients et soudain « le trou noir », le livre est présent mais on ne le voit plus, il se fait oublier. Parfois, il resurgit au moment de Noël lorsqu’un client fouine et dégote ce qui est peut être devenu une pépite.

Plusieurs catégories de « nanars »

Avant de devenir un invendu, un squatteur de rayon, le livre acheté a d’abord été séduisant, parfois survendu par son auteur ou son éditeur affirmant qu’il trouverait sa place dans une librairie de voyage, en tout cas dans ma librairie de voyage. Il y a aussi les coups de cœur assumés, ces collections auxquelles on croit et qui malheureusement se placent en troisième ou quatrième choix et ne sont donc pas achetées. Egalement, ces livres aux titres et aux auteurs alléchant qui font « pshiiiiiit » dès leur réception et enfin, pour ma part, des passions trop rapides pour des accessoires, des objets insolites qui, passé un certain temps, n’ont qu’une fonction : décorer les rayons à l’instar d’une plante verte.

Mais à tous les coups, si ce livre, cet objet est là, c’est qu’un jour j’ai pris la décision de l’acheter. Je suis donc le seul coupable. Il faut savoir dire non, au risque de décevoir, même blesser l’orgueil du vendeur et ça, je vous l’assure, c’est délicat lorsque l’on connaît la lente procession qui conduit à la création, l’impression et la mise en place d’un ouvrage

Ne pas savoir dire non face à une demande trop insistante

Alors là, il y aurait des dizaines d’exemples, je retiendrai 3 ouvrages.
Le premier est un livre-objet, Gothique brique rouge. Une idée, un concept même, intéressante puisque ce livre vous propose de voyager à travers la Baltique sur une thématique architecturale. La fameuse brique rouge qui orne les façades de ce patrimoine exceptionnel. Sauf que l’éditeur, Taïga, a trouvé l’idée lumineuse d’accompagner le livre….d’une brique. Oui, une brique. Mise en rayon impossible donc.
Lorsque j’ai vu arriver ce sympathique italien, Dario Rigoni, j’ai été envoûté par la personnalité de l’homme plus que par le contenu de ses livres de photos (Bretagne et région de Cinque Terre), un beau discours bien rôdé, je lui fais son chèque, je récupère ses livres et sitôt qu’il sort de la librairie je suis persuadé d’avoir fait un achat que je regretterai. Bingo ! Ses livres sont toujours en rayon et je ne vois pas comment je pourrai les vendre.
Enfin, auteur d’un excellent livre sur l’Everest, Pierre Dutrievoz, avait édité « Petites complicités », un livre écrit, dessiné à 6 mains : 2 enfants et leur papa. Une magnifique idée, des réflexions acidulées comme on les aime, des photos de paysages détournés…mais un livre qui n’a pas sa place ici, à coup-sûr, j’en étais déjà certain au moment de faire le chèque.

image

Le plus stupide : acheter pour faire « plaisir »

En tant que commerçant, cela arrive régulièrement, par empathie vous décidez d’acheter un livre, une collection pour faire plaisir au représentant. Qu’imagine t’on en procédant de la sorte, que ce dernier va sortir de chez vous en sifflotant, heureux du plaisir qui lui a été donné de recevoir ? Qu’il passera une magnifique soirée, relatant ce geste héroïque de votre part auprès de sa femme et de ses enfants ?
C’est ce qui m’a été donné de réaliser plusieurs fois et notamment sur la collection de Berlitz, 100%. Une collection à laquelle je n’ai jamais cru, un manque éditorial flagrant, un choix de couleurs farfelu (imaginez une police d’écriture noir sur un fond bleu foncé). La raison qui mérite tout de même d’avoir 3 étoiles sur notre site c’est la qualité des cartes. Bref, là encore, ces guides sont là, bien installés, presque cachés…et pour longtemps.
L’autre anecdote où je me suis senti dans l’obligation d’acheter pour faire plaisir, c’était il y a plus de 15 ans, un représentant d’une collection italienne Bonechi (tiens, encore les italiens !) qui est arrivé chez nous déprimé, alcoolisé et je n’ai pas trouvé d’autres moyens de le faire sortir de la librairie autrement qu’en lui passant une petite commande. Ces livres, eux, n’ont que très peu trouvé le chemin de la sortie (et je le comprends parfaitement)

image

La déception de l’échec des livres « auxquels on croit »

Là, c’est plus dur, le plus incompréhensible. Pourquoi, ces ouvrages qui sont pourtant excellents ne trouvent pas leurs lecteurs ?
Tout d’abord, cette collection qui meurt petit à petit sans avoir jamais connu le succès que je souhaitais tant pour eux. « Goutez… », une série de guide à voyager gastronomique (Agnès Viénot Editions) que j’ai testé et adoré. Un choix redoutable d’adresses, de conseils culinaires, de lieux de marché, de streetfood, le tout sur une mise en page richement illustrée. A coup sûr, cette collection a du coûter cher à réaliser, j’espère sincèrement qu’elle renaîtra de ces cendres. C’est une vraie déception personnelle de n’avoir pas su mieux encourager cet éditeur.
Et puis, il y a ce livre de Max Pam « No Hope », un des tous premiers carnets de voyage commandés, avant leur explosion éditoriale vers 2003/2004, un livre inclassable, un parcours secret sur le Tibet, des photos argentiques parfois de mauvaise qualité mais qui donne une force à ce récit, en anglais. Pareil, même à 5€ aujourd’hui, personne n’en veut et finalement je pense même que je serai triste le jour où il partira. Il me manquera.

image

Enfin, les accessoires qui ne plaisent qu’à moi

Libre de choisir le contenu du stock de ma librairie, je m’autorise des petits virages. Souvent couronnés de succès comme les Spork ou même plus récemment les cartes du Monde à gratter, j’assiste parfois à des flops magistraux. 
Un demi flop pour les plans de ville à froisser (bradés à 6,65 euros au lieu de 12 euros) pour une raison toute simple, les seuls à se vendre furent Paris, New York et Londres. Et pour les avoir, le fournisseur « imposait » de prendre presque l’ensemble du catalogue. L’invention de ces plans et une brillante idée mais je regrette un graphisme peu envoûtant à l’impression. Le pire dans l’histoire, des clients m’en demandent encore…mais aucun de ceux qui nous restent.
Et puis, le meilleur pour la fin, lors d’un voyage à Berlin je tombe en extase devant le remarquable travail de ces jeunes qui récupèrent des bâches de camion (et autres matières à recycler) pour en créer des pinces à vélo esthétiques, solides et surtout pratiques. La marque se nomme Fahrer. Dès le début, les clients sont refroidis pas le prix : près de 14 euros pour une pince à vélo, c’est évidemment trop cher, je décide donc très vite de ne pas respecter le prix conseillé par le fabricant et je rogne sur la faible marge. Mais tant pis, j’aime tellement leur objet et l’éthique de leur petite entreprise. 2 ans se sont écoulés, nous en avons vendu quelques-unes mais, même bien en-dessous du prix d’achat (et de loin !), à 5 euros ces pinces à vélo ne partent plus, elles sont à peine regardées alors qu’elles se situent sur la caisse.

image

De l’importance d’avoir des « invendables » dans le commerce

Je me souviens d’une discussion avec le responsable d’un grand magasin d’ameublement qui face à mon désarroi d’avoir parfois trop d’articles dont la vente étaient devenue très incertaine me définissait sa manière de voir le commerce. « Si tu vends si bien certains livres, c’est aussi grâce à la présence de ces « nanars », le guide que tu vas recommander, conseiller, sera forcément mieux mis en valeur si, à ses côtés, il y a ce guide dont tu ne sais faire que des critiques. ». Soit. voici donc une vision glaçante du commerce qui laisse de côté l’affect que nous portons souvent à nos chers livres et tout ce qu’il y a derrière eux.

(Pascal - le 24/09/2013)

Voir les commentaires
24/09/13

Plutôt sympa ce livre de Glénat sur le tour de France à pied d'Aurelie et Laurent Granier

Voir les commentaires
20/09/13

C’est bien connu, un secret ne se garde pas. Cette collection commence à bien me plaire. Elle est éditée par Prat éditions. Une mise en page colorée et des anecdotes redoutables. Il s'agit là d'une excellente première approche, un premier regard sur votre prochaine destination. 

Pour encore creuser plus en profondeur, aller découvrir des lieux étonnants, nous recommanderons la collection “insolite et secrète” de l'éditeur Jonglez

Voir les commentaires
17/09/13

La Colombie, de plus en plus demandée. Ce guide édité par National Geographic est une belle première mise en bouche. Une présentation générale du pays reprenant les principaux traits d'histoire et de société puis une belle mise en avant des régions à visiter avec des idées de parcours et de nombreuses photos pour égayer l'ensemble. Le guide est bien sûr dispo sur le site

(L'occasion est trop belle pour vous présenter une petite agence qui vous aidera à organiser votre voyage sur place (Corinne, qui y travaille, est une ancienne camarade de classe expatriée en Colombie, il me semble qu'elle connaît parfaitement ce pays)

Voir les commentaires
09/09/13

Chroniqueur en herbe

L'occasion de rappeler que nous possédons quelques guides et livres pour les enfants à la librairie ou ici sur le site mais si vous êtes rennais la bonne adresse pour vous procurer des livres jeunesse, c'est la Courte Echelle !

Voir les commentaires

<< Page précédente123456789101112131415161718192021222324Page suivante >>