Mon panier

Votre panier est vide.

Actualités / Blog de la librairie

<< Page précédente12345678910111213141516171819202122232425262728293031Page suivante >>

21/05/14

Ouvrez l'oeil, voici en moins de 10 secondes quelques nouveautés de la semaine.
Nous vous rappelons que vous trouvez toujours à cette adresse la liste des titres récemment publiés sur le site.
La belle nouveauté, c'est aussi ce guide de Lonely Planet consacré à des propositions d'itinéraires dans l'ensemble des États-Unis

Voir les commentaires

Globe à gratter

13/05/14

Dans notre famille adorée des accessoires à gratter, un petit nouveau vient de pointer le bout de son nez : le Globe à gratter (Scratch Globe). Le principe est identique, c'est à vous de vous amuser en grattant les pays que vous avez visités (allez, vous avez le droit de tricher, on ne vérifie pas !).
Simplement, cette fois-ci vous devrez vous retrousser les manches pendant 15 petites minutes afin de construire vous même le globe.
On vous rassure, c'est simple et ludique. 
Encore une belle invention des anglais de la société Luckies

Voir les commentaires
06/05/14

Le Cartoville Gallimard de Cologne dans une main, le téléphone dans l’autre et c’est la journée shopping idéale en Allemagne.
L'occasion de changer de continent tout en restant avec Gallimard en vous annonçant la mise à jour d'un guide que je ne pensais plus jamais voir (la dernière édition datait du siècle dernier !), le guide Bibliothèque du voyageur consacré aux Philippines

Voir les commentaires

Un sacré Trip

29/04/14

image

Là où le récit de voyage en Corée du Nord connaît un certain intérêt, notamment avec la parution récente de Nouilles froides à Pyongyang, Antoine Calvino a quant à lui décidé d’aller jeter un coup d’œil dans d’autres lieux atypiques évoluant en marge de notre société moderne.

Intitulé pourtant sobrement Un an autour de l’océan Indien, ce livre dépasse les enjeux habituels du récit de voyage. L’auteur, journaliste de formation, garde tout au long du récit la curiosité naturelle de cette profession. Car c’est bien à une recherche de lieux incongrus, incohérents ou incroyables qu’il se livre. Dès lors qu’il entend parler d’une communauté ou d’un lieu qui semble intriguant, il n’hésite pas, quel que soit le moyen de transport nécessaire, à rejoindre directement l’endroit en question afin d’y séjourner et d’essayer de cerner, sinon comprendre, les caractéristiques et la « philosophie » inhérente à ce dernier.

Il ira ainsi à Shashamane, village éthiopien où se sont installés les rastafaris jamaïcains, qui virent dans Hailé Sélassé, dernier empereur d’Ethiopie, leur messie. Il visitera également Socotra, île yéménite où l’évolution végétale prit un chemin particulier, et vit naître des centaines d’espèces uniques au monde (cf. photo).

image

(Crédit photo https://www.flickr.com/photos/quelea1945/)

Les mauvaises expériences seront présentes aussi, avec des communautés religieuses frôlant parfois avec le sectaire.

Tout au long de ces expériences particulières, il écrira régulièrement pour des magazines français des articles qui seront publiés tout au long de cette année de voyage, on retrouve d’ailleurs ces textes en annexe à la fin du livre. On reconnaît bien la patte journalistique dans le découpage du récit : toutes ses aventures sont séparés en paragraphe d’une à deux page auxquels il donne systématiquement un titre. Cela nous permet, finalement, d’autant mieux de comprendre les messages qu’il veut faire passer et ainsi, grâce à notre sens critique, de bâtir notre propre réflexion sur ces lieux.

Au-delà des expériences originales narrées dans cet ouvrage, il partira également se créer son propre point de vue sur certains pays, dont nos sociétés occidentales peuvent être éprises de clichés et de on dit, comme l’Iran ou la Palestine. On retrouvera toujours son esprit d’analyse, nous proposant des réflexions subtiles sur ces régions pour lesquelles on pensait pourtant avoir déjà tout entendu.

Antoine Calvino n’est pas non plus dénué d’humour, ainsi ses expériences négatives deviennent, sous sa plume, des épisodes drolatiques. Ce qui n’enlève rien à la gravité des situations décrites, et le lecteur s’en rend bien compte.

Le tout reste écrit avec une vision intelligente et réfléchie. On tient bien là un vrai récit de voyage, totalement dénué de narcissisme et d’exhibition personnelle, que l’on retrouve dans tant d’autres livres de ce type. Ce récit reste celui d’une réalité bien lointaine des habituelles idées reçues, et nous donne ainsi l’envie d’aller nous-même y faire un tour, afin d’observer, comprendre et, surtout, réaliser que ces scènes, frôlant souvent l’absurde, sont bel et bien réelles.

Editions Pocket - Récit - Un an autour de l'océan Indien (Antoine Calvino)

(Par Robin)

Voir les commentaires

Libraires éclairés

22/04/14

Un appareil photo, 2 flashs, 3 libraires et une humeur joueuse ce matin. Voici donc une série de photos-tests de ce matériel avec lequel nous risquons de revenir jouer souvent, histoire de s'améliorer avec le temps dans les réglages.

Voir les commentaires

L'aventure "Made in France"

17/04/14

image

Lionel Daudet, alpiniste chevronné se lance dans l’ouverture d’une nouvelle voie et nous conte ce défi. L’itinéraire est bien connu, bien délimité sur nos cartes, Il s'agit du tour de la France, du vrai, où la frontière serait son tracé, virtuel, à suivre sans détours.

En bon montagnard, c’est logiquement par le Mont Blanc qu’il commence son “Dodtour”. Dès les premières pages de notre lecture nous voici donc embarqué dans de belles sessions d’alpinisme avec cette sensation qu’il sera difficile de décrocher du livre et ce pressentiment que de belles aventures succéderont à ces premiers instants, plutôt difficiles.

Et ce tour de France, exactement, se révèle être une épopée passionnante, curieuse, étonnante…”Dodesque”.

D’abord, c’est un formidable cours de géographie. Des cours d’eau, des montagnes dont vous ignoriez l’existence vont défiler sous vos yeux comme ils défileront sous les pas, les raquettes, les roues, la coque du kayak ou du voilier…et même de la toile du parapente…de Lionel et de ses compères. Car, notre aventurier est rarement seul dans ses péripéties, bien épaulé par sa femme Véro, il est accompagné par des spécialistes des pratiques sportives qu’il exécute.

L’Histoire prend également tout son sens dans cette aventure, un véritable trait d’union dans ce récit.

Alors, forcément, ce voyage est une merveilleuse éloge de la lenteur et une déclaration d’amour de Lionel Daudet à son pays. Comme une ode à l’écologie également, l’auteur n’oublie pas de nous éclairer sur sa vision de l’environnement et de la manière (parfois absurde) dont les hommes traitent notre bien le plus précieux, notre Terre.

Lors de ses nombreuses rencontres, Lionel Daudet note que “l’aventurier doit toujours se justifier” et nous comprenons vite que ce projet, comme tous les autres qu’il a pu entreprendre, raisonne sur ce simple mot : VIVRE.

Le Tour de France exactement, de Lionel Daudet, aux éditions Stock

(Par Pascal)

image

Je vous recommande d'aller prendre votre pied sur la galerie photo de son parcours.

Voir les commentaires
10/04/14

Avec une mise en page graphique plus moderne, ces guides des éditions Nomades seraient excellents.

Chaque ville est présentée par un auteur qui nous livre ses “secrets”, ses adresses, ses points de vue. Le guide est vraiment sympa, certes, mais si je peux passer un message à l'éditeur : “Bossez votre charte graphique !”

Voir les commentaires

Salon de la Rando

05/04/14

Le salon de la Rando Randofolies organisé à Saint-Erblon près de Rennes a commencé hier. C'est la cinquième édition et comme chaque année je suis impressionné par le nombre de visiteurs et surtout leurs connaissances sur les itinéraires, les chemins à pied, à vélo. Nous n'avons pas intérêt à leur raconter des âneries ! Depuis le début de l'aventure, nous y tenons un stand modeste en taille mais bien fourni en terme de guides de randonnées (il ne doit pas nous manquer beaucoup de topoguides de la fédération de randonnée).

Quelque part en y tenant mon stand pendant 3 jours et en laissant Robin et Matthieu travailler dur à la librairie, j'avoue que je m'octroie 3 jours de vacances, de rencontres sympas….et je fais le plein d'idées de week-ends et de (futures) vacances.

Allez, vous venez aussi ?

Voir les commentaires
03/04/14

A partir de demain, une mini librairie du voyage sera présente pendant 3 jours sur le salon de la rando de Saint Erblon, près de Rennes.

Voir les commentaires

Traité du zen...

02/04/14

image

La récente collection Points aventure dirigé par l’inénarrable et inépuisable Patrice Franceschi ambitionne de regrouper sous une même bannière des titres et auteurs très différents. On y retrouve par exemple la mort suspendue, le récit de survie à 6000m d’altitude de Joe Simpson mais aussi des textes plus littéraires comme ceux de François Maspero et Luis Sépulveda ou encore le récit fondateur de Paul-Emile Victor au Groenland…

Cette collection est aussi l’occasion de se (re)plonger dans des bouquins que l’on avait presque oublié.
C’est ce qu’il s’est passé pour moi et ce traité du zen et de l’entretien des motocyclettes. Je le regardais de travers depuis plusieurs semaines. En effet l’ayant lu il y a plusieurs années, je me retrouvais bêtement incapable d’en parler si ce n’est le franc mais naïf « c’est bien ! ».
J’ai donc décidé de m’y enfoncer à nouveau.

Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes, Robert M.Pirsig, Points aventure
Rassurez-vous immédiatement, ce best-seller du milieu des années 70 n’est ni un essai éreintant sur le bouddhisme zen, ni un manuel technique de moto.
Comment réduire ce livre à quelques mots ? L’entreprise est délicate tant il cherche à se départir des formules toutes faites.
Il ne s’agit ni d’un roman ni d’un récit classique, d’ailleurs l’intrigue et les personnages ne sont pas franchement fouillés, ce que l’auteur admet volontiers.

Non, cet ouvrage a comme point de départ et fil conducteur un road trip à moto entre un fils et son père à travers les longues plaines et les rocheuses américaines. Toutefois, si cette randonnée est bien le socle, Pirsig nous amène vers des contrées plus autobiographiques et philosophiques. A travers une longue méditation, un « chautauqua », il poursuit un fantôme, celui qu’il était par le passé et que les électrochocs ont effacé (suite à un séjour en hôpital psychiatrique).

Et c’est bien là que se trouve le cœur du livre. Si cette réflexion n’est ni pesante, ni désincarné, elle aborde des questions délicates comme l’opposition entre la rationalité occidentale et le bouddhisme, ou encore la technologie et l’esthétique. Des questions qui ne sont pas un jeu intellectuel mais une véritable nécessité pour l’auteur.

On se laisse facilement embarquer dans cet étrange voyage. On se surprend à s’intéresser aux problèmes techniques que peuvent poser les motos. On se laisse complètement déborder par Kant tout en ayant l’impression d’avoir percé à jour le concept de « la raison pure », on se découvre comme pourfendeur du système aristotélicien… Le tout en considérant notre rapport entre l’art et le quotidien et s'interroger sur le sens de la « qualité ».

L’idée qui se dégage est de nous pousser à regarder le monde d’un œil neuf, à accepter l’idée de réfléchir par nous-mêmes. Bref se poser les questions qui s’imposent à nous même et avancer sans se résigner (même si la fuite est tentante).

(Par Matthieu)

Voir les commentaires
29/03/14

Retour en librairie de 2 récits de voyage indispensable dans votre bibliothèque !

Tout d'abord, l'usage du Monde de Nicolas Bouvier, Classique parmi les classiques, 6 mois de voyage conté entre les Balkans et l'Inde et un certain regard sur le monde et le voyage. Longtemps édité chez Payot le revoici avec les éditions de la Découverte.

Puis, Un an autour de l'océan indien, d'abord édité chez Phébus et maintenant en poche chez Pocket, un voyage plus contemporain dont les rencontres formidablement contées par l'auteur, Antoine Calvino, ne vous laisseront pas indifférents.

Voir les commentaires
24/03/14

On en rêvait, il l'a fait. Sylvain Mazas vient de faire publier aux editions Vraoum le Tome 2 de ce livre au titre évocateur “Ce livre devrait me permettre de résoudre le conflit au Proche-Orient, d'avoir mon diplôme et de trouver une femme”. Dans le premier tome, l'auteur s'était fixé, graphiques et tableaux à l'appui, des objectifs portant sur la société, l'amour, la politique et la recherche du bonheur. Brillant et avec beaucoup d'humour, c'est lors de son passage au Liban que lui vinrent toutes ces idées.

Aujourd'hui, de retour en Allemagne où il semble faire sa vie son regard sur notre monde est toujours aussi percutant, cet amoureux des maths, des tableaux, tente de nous prouver que nous pouvons changer les choses à condition d'y croire, tous. Lorsque l'on regarde la tension politique et sociale actuelle on se dit que cela ne coûte rien d'essayer.

Avec ce livre, nous sortons un peu de notre domaine, le voyage, mais nous aimerions être le relais de cette belle parole.

Voir les commentaires
20/03/14

Le guide le plus attendu de ces dernières semaines, c’est ce guide Olizane consacré à l’Iran. À nouveau disponible car il était en rupture depuis quelques mois.

L'Iran fait partie de ces destinations pour lesquelles nous avons de plus en plus de demandes et les retours de voyageurs nous confirment tout le bien que nous pensons de ce pays. Il est plus aisé d'obtenir des visas qu'auparavant. L'occasion d'aller comprendre, découvrir la culture Perse

Voir les commentaires

Mondes parallèles

11/03/14

image

A la réception de ce livre paru chez Allia, easyJet, j'étais conquis avant même la lecture. Le format du livre, sa couleur orange, son papier et bien-sûr son titre alléchant, inspirant. C'était certain, j'allais passer un bon moment en tentant de comprendre, d'affiner mes connaissances sur le phénomène low-coast et ses bouleversements sur le monde du voyage à partir de l'expérience de l'auteur Alexandre Friederich.
Et puis, lors de la lecture, je me suis rappelé du credo de l’éditeur Allia, publier des livres qui dérangent les hommes. Ce fut donc le cas, l’auteur offre une vision noire et défaitiste du voyage et avant tout de ces voyageurs qui ont accepté jusqu’à certaines humiliations afin d’avoir droit à se déplacer pour un moindre coût. D’ailleurs, dans ce livre, il n’est pas uniquement question de déplacement touristique mais aussi de flux migratoires, comme ce grec partant pour l’Allemagne pour y chercher du travail.
On ne sort donc pas de ce livre avec l’envie folle d’aller faire un tour dans l’une de ces belles villes proposées aux catalogues des easyJet, Ryanair, Vueling ou d’autres encore mais bien avec la culpabilité d’être de ceux qui peuvent encore se permettre de se déplacer pour voyager. Il est rarement question de plaisir ou de découverte, les rencontres sont plus brèves les unes que les autres et tellement superficielles.
Le format imposé par l’éditeur empêche peut-être l’auteur d’aller creuser ses pensées, ses réflexions ? En tout cas, il nous laisse planté là avec ces questionnements que nous n’avions pas en début de lecture et qui viennent vous déranger.

image

J’avais donc besoin d’air après cette lecture, de respirer, de croire en l’homme, j’ai donc choisi d’aller puiser dans le catalogue des éditions Guérin ce titre évocateur « On ne peut pas prier pour la pluie et se plaindre quand on est mouillé » et grâce à l’auteur Simon Collins j’ai trouvé ce que j’étais allé chercher, de l’air, du temps et de belles rencontres.
Cet anglais a fait le pari de retaper un chalet dans un village perdu dans le Beaufortain, il a su se faire accepter dans ce genre de lieux où même l’habitant de la vallée est considéré comme un étranger. Une adaptation faite en douceur, grattant doucement la carapace rude de ces terriens qui n’ont pas pour habitude de confesser. Lui, l’amoureux des montagnes se retrouve confronté au paradoxal désintérêt de celles-ci par ces noueaux concitoyens au profit de l’agriculture, l’élevage, la survie en somme. Connaître le nom des montagnes, c’est pour les touristes !
Au gré de sa nouvelle aventure, nous partagerons avec lui de belles découvertes, toutes évoquées avec une simplicité et un naturel qui vous donneraient presque l'envie de vous incruster chez ce Simon pour qelques jours hors du temps !
Finalement le monde dressé par ces 2 auteurs ne se retrouve pas, ou peut-être juste sur un point à un moment donné pour l’un et pour l’autre il subsiste toujours l’envie d’être ailleurs.
Je conclurais donc avec ces paroles de Jacques Réda : « une des dispositions constantes de l'homme est de souhaiter être ailleurs que là où il est ».

(Par Pascal)

Voir les commentaires
06/03/14

A la librairie, c'est un événement accueilli avec trompettes, serpentins et boule à facettes : L'éditeur Chamina édite le premier guide couvrant complètement le parcours de Nantes à Bayonne à vélo par la Vélodyssée

Voir les commentaires

<< Page précédente12345678910111213141516171819202122232425262728293031Page suivante >>