Mon panier

Votre panier est vide.

Actualités / Blog de la librairie

<< Page précédente12345678910111213141516171819202122232425262728293031Page suivante >>

09/09/13

Chroniqueur en herbe

L'occasion de rappeler que nous possédons quelques guides et livres pour les enfants à la librairie ou ici sur le site mais si vous êtes rennais la bonne adresse pour vous procurer des livres jeunesse, c'est la Courte Echelle !

Voir les commentaires
03/09/13

Voici les 2 nouveautés de Septembre les plus attendues par nos clients !

Mais le nombre de ventes aurait gonflé de manière exponentielle si ces titres étaient sortis en Juin. 2 beaux pavés pour 2 belles destinations.

Arrivent également en nouvelles éditions chez Lonely Planet les guides de Namibie et de Bolivie, ainsi que le guide consacré au voyage avec les enfants.

C'est à la librairie bien-sûr et très rapidement sur le site. Nous avons une petite cinquantaine de nouveautés en retard à publier sur le site (cause vacances !) mais tout rentre dans l'ordre pour la fin de la semaine.

Nous en profitons pour souhaiter une excellente rentrée à tous !

Voir les commentaires

Des couleurs estivales

23/08/13

image

C'est ce que voulait Anne pour cette nouvelle vitrine : prolonger l'été délicieux que nous avons connu avec ce bel enchaînement de couleurs flamboyantes.

Il est vraiment loin le temps où nous dressions nous-mêmes les vitrines et avec le recul c'était une horreur, il faut l'admettre.

Profitez-bien de vos derniers jours d'août…et pour ceux qui ont la chance de partir maintenant “Bonnes vacances”, “Bon Voyage” !

image

image

image

image

image

image

Voir les commentaires
23/08/13

Nous sommes en pleine instagramisation de la Vitrine. Résultat ce soir !

Encore un beau travail (en cours) effectué par notre étalagiste Anne Billon qui ne se limite pas à créer et poser les vitrines….elle répare également les bêtises que nous pouvons faire (du genre laisser macérer un double-face sur un support et être incapable de le décoller).

Voir les commentaires

Le Monde en stop

13/08/13

image

Robin a commencé il y a quelques jours à mettre le nez dans Le Monde en stop de Ludocic Hubler chez GéoramaIl ne s'en est sorti qu'en terminant l'écriture de cette chronique, dense, qui prouve à quel point il a été transporté par la lecture de ce récit.

Les enjeux d’un périple hors-norme

Initialement parti pour réaliser un tour du monde sur deux ans, Ludovic Hubler partira finalement sillonner le globe durant cinq ans, entre 2003 et 2008. Il entamera ce voyage à la fin de ses études de management, se lançant ainsi dans ce qu’il nommera affectueusement son « doctorat de la route ». Son seul impératif sera de n’utiliser que le stop pour tous ses déplacements, même jusqu’en en Antarctique, où il se rendra par « cargo-stop » ; quant au logement, il en viendra à utiliser les sites d’hébergement participatifs que sont www.couchsurfing.org et www.hospitalityclub.org. Son trajet s’effectuera donc avec un budget quotidien particulièrement restreint, et reposera essentiellement sur la générosité des autres, chose sur laquelle il insistera longuement tout au long du récit. Dès le prologue, nous sommes prévenus d’emblée, le texte que nous nous apprêtons à lire a été réduit pour des besoins éditoriaux, sur les 1 800 pages rédigées nous n’en lirons que 400 : seul « l’essentiel » a pu être édité. Ceci explique qu’à la lecture, certaines destinations puissent paraître rapidement traitées comparées à d’autres. Malgré cela, l’ouvrage reste riche en péripéties, et l’écrivain-voyageur n’hésite pas à s’attarder sur les réflexions provoquées par ces épisodes.

Afin de ne pas trahir son projet impliquant la gratuité de sa mobilité il sera parfois amené à prendre certains risques, la plupart du temps tout se déroulera bien, comme au Tibet, où le stop est rigoureusement interdit et où certaines zones sont tout simplement proscrites aux étrangers : il passera les postes de contrôles caché sous des couvertures ou en les contournant à pied par la campagne, sans rencontrer aucun soucis majeurs. D’autres se dérouleront par contre plus mal, ainsi au Sénégal, en quête d’un bateau pour le Brésil, il essayera discrètement, sans l’autorisation nécessaire, de rentrer dans un port, il sera repéré et enfermé quelques heures dans une petite cellule sordide, en sous-vêtements.

Le stop : un voyage au plus près des réalités des pays

Le stop lui permettra de rencontrer de nombreux citoyens « lambda », et par la même d’obtenir des opinions profondément populaires et donc de voyager tout en étant au plus proche des habitants des pays visités. Ainsi il découvrira Téhéran aux côtés de la jeunesse iranienne, il participera avec eux à des fêtes privées, toutes fenêtres fermées, où les jeunes femmes troquent le tchador contre des jupes et consomment de l’alcool ; bien loin de l’Iran voulue par les mollahs.  Ce faisant, il sera également amené à confronter les différents points de vue des habitants : en Afghanistan il rencontrera un homme nostalgique des années 1960, où les hippies, en route pour le Népal, s’arrêtaient là et avaient droit à une hospitalité des plus chaleureuses, un autre afghan prenant part  à la conversation dira que, quant à lui, il ne désire aucune présence étrangère dans son pays, et qu’il prie tous les jours pour que tous partent de l’Afghanistan ou se convertissent à l’Islam. Il sera donc à même de relativiser tout jugement sur les cultures découvertes ainsi découvertes.

Les rencontres qu’il fera lors de ce voyage seront particulièrement disparates, il pourra ainsi être amené à rencontrer au Nicaragua de jeunes femmes diplômées qui, faute de débouchés professionnels, n’auront eu d’autres choix que de se prostituer pour survivre, il passera ainsi plusieurs heures à discuter avec elles, puis, reprenant sa route, se fera prendre en stop quelques centaines de kilomètres plus loin par le 4x4 flambant neuf de Victor Hugo del Pozo, alors candidat à la présidence du Guatemala, ils débattront également pendant deux heures de « la situation sociale du pays [et] des relations entre Indigènes et Blancs ». On le verra encore rencontrer un ermite isolé dans une maisonnette en Patagonie, tout comme il sera reçu par le dalaï-lama en personne lors de son séjour tibétain.

Toutefois cette proximité humaine aura aussi bien d’autres impacts que la simple découverte humaine et culturelle, ainsi il fera du bénévolat en Inde, au sein d’un des dispensaires fondés par Mère Teresa, et y sera confronté à la dure réalité du quotidien de la caste des Intouchables. Il y fera face à des scènes situées à la limite du soutenable : des hommes venant se faire soigner des plaies infectées et nécrosées depuis des mois, mais restant calmes, acceptant leur sort. Il découvrira également le sort réservé aux lépreux, qui, même guéris, resteront exclus de la société. Surpris par l’ambiance paradoxalement gaie du lieu, cette expérience le marquera profondément : « Je pensais trouver la mort mais c’est l’amour que j’ai rencontré. Le dévouement des sœurs et des volontaires, luttant pour amoindrir la misère de leur entourage est extraordinaire ; l’humilité et la gentillesse des patients émouvantes. »

Autant de rencontres que de visions du monde auxquelles auteur comme lecteur se confrontent

Toutes les rencontres qu’il effectuera lui offriront un kaléidoscope grandiose de différentes visions du monde. Cela ira de discussions avec les peuples-racines d’Amérique, qui lui feront nuancer la notion de « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb, jusqu’à son arrivée au Turkménistan, où il verra un pays mené pendant plusieurs décennies par un dictateur ubuesque, qui créa des lois interdisant aux jeunes le port de la barbe et des cheveux longs pour les hommes ainsi que des cheveux courts pour les femmes ; ce même homme s’est fait construire une statue en or massif à son effigie, pivotant tout au long de la journée pour rester face au soleil. Ou encore, il réussira à obtenir un visa pour un séjour en Corée du Nord, où il n’aura malheureusement (mais logiquement) pas l’occasion de parler avec le peuple nord-coréen, ou même d’y pratiquer le stop.

Dans certains pays, le ressenti des autres vis-à-vis de ce moyen de locomotion pourra être fréquemment largement négatif, ainsi au Texas le rédacteur d’un quotidien lui refusera une interview car il ne désirait pas « donner de mauvaises idées à ses lecteurs », Ludovic ironisera ainsi sur la « mauvaise idée » de visiter le monde. Il se verra également décerner plusieurs « doigts d’honneur » par des automobilistes américains, et, la pratique du stop étant interdite dans plus de la moitié des états, il sera régulièrement contrôlé par des policiers.  Il en sera de même en Australie, où son arrivée coïncidera malheureusement avec la sortie d’un film d’épouvante, relatant les aventures d’un serial-killeur auto-stoppeur ; ce qui ne manquera pas de refroidir les automobilistes. Cependant, Ludovic réussira toujours à se faire emmener, malgré plusieurs galères, dont une nuit passée dans l’Indiana, où il se verra contraint de passer la nuit au bord d’une autoroute, par -10°, sans duvet ni tente.

Le point de vue du globe-trotteur

La grande force de ce récit de voyage réside dans les leçons tirées, que Ludovic Hubler raconte ici avec une écriture simple et efficace. Après son séjour en Corée du Nord, il s’interrogera ainsi sur la conception de la liberté, tout comme l’expérience du dispensaire indien lui fera relativiser la notion de souffrance. La grande conclusion qu’il tirera de tout son périple sera une conviction de la bonté naturelle de l’homme. Dans toutes les régions qu’il aura traversé, la majorité des gens se sera montrée honnête, généreuse et hospitalière, il rentrera donc convaincu que la haine et la cruauté ne sont que culturelles, et donc possibles à combattre.

L’autre grande conclusion de ce voyage est écologique, ayant voyagé aux quatre coins du globe, Ludovic a pu voir de ses yeux la déforestation au Panama, ainsi que la réelle fonte des glaces en Antarctique, où tous les indicateurs sont véritablement en train de tourner au rouge, tout comme ceux des rivières, extrêmement polluées, d’Afrique. De plus, lors de ce tour du monde, le globe-trotteur aura su réduire sa trace carbone à zéro, dans la mesure où tous les trajets motorisés auxquels il prit part auraient eu lieu, avec ou sans lui. Ce récit s’inscrit donc dans une perspective résolument éco-consciente.

Ce livre est de ceux qui font ressentir les voyages, écrit dans une langue claire et imagée, l’auteur ne s’embarrasse pas de figures de style, ainsi chacune des expériences ou des visions exprimées par l’écrivain peut s’associer à une idée concrète que nous avions déjà, que ce soit pour briser un préjugé (comme pour l’Iran ou l’Afghanistan) ou pour étayer une vision (comme pour la Corée du Nord). On se prend ainsi d’amitié pour ce voyageur, découvrant peu à peu la réelle générosité universelle, palpable, s’abstenant toujours de jugement de moral, même lors des conversations difficiles. L’arrivée, le retour au pays, après toutes ces pérégrinations, paraît irréel : « Mais ce que je ressens est fait de tout ce que j’ai vécu pendant ces cinq années. Personne ne peut vraiment l’éprouver de la même façon, et donc le partager réellement. […] L’arrivée représente sans aucun doute un plaisir, une jouissance forte et instantanée. La route, elle, constitue un bonheur durable, moins intense peut-être, mais plus profond ».

L’après voyage…

Aujourd’hui, le globe-trotteur vit à Menton, et travaille pour l’organisation « Peace and Sport », promouvant les valeurs ainsi que la pratique du sport afin de créer des liens entre différentes communautés, et ainsi œuvrer pour la paix. L’organisation agit dans des zones « rendues vulnérables par l’extrême pauvreté, les séquelles des conflits ou l’absence de cohésion sociale » (cf. leur site). Depuis peu, il a également participé au lancement de l’initiative « Travel with a mission », un site simplifiant les démarches pour des routards désireux de participer à des voyages engagés, ce en les mettant directement en contact avec des personnes potentiellement intéressées par leur projet (universitaires, hôpitaux, etc…).

Le lien pour le livre sur notre site : Le Monde en stop, Ed.Géorama

Le site web de Ludovic Hubler : http://www.ludovichubler.com/fr/

Voir les commentaires
09/08/13

On a encore joué pour préparer notre prochaine vitrine.

Résultat fin août, quand Anne, notre étalagiste préférée, va nous mettre tout cela en place. Nous ne manquerons (évidemment) pas de vous tenir au courant !

Voir les commentaires
08/08/13

Impossible de ne pas esquisser un sourire devant cette planche de Sylvain Mazas.

Sylvain est l'auteur de cet excellent livre au nom évocateur : Ce livre devrait me permettre de résoudre le conflit au Proche-Orient, d'avoir mon diplôme et de trouver une femme. Tout un programme. On ne vous dit pas s'il y arrive à la fin mais je peux vous annoncer qu'il a notre respect éternel !

Voir les commentaires
07/08/13

Le coup de vieux avec l'arrivée des millésimes 2014 du Routard.

La Guadeloupe et l'île Maurice sont les premiers à intégrer les rayons de la librairie. Courant Août sortiront également la République Dominicaine, la Jordanie, Martinique, Cuba et la Réunion. Soleil ? Vous avez dit soleil ?

Voir les commentaires

02/08/13

image

Je sens q'une chronique de livre se prépare derrière mon dos

Les marque-pages qui s'entassent dans le livre, cela ne trompe pas…

Vous devriez avoir le plaisir de lire très prochainement une chronique sur un livre, pas forcément récent, qui traite d'un long voyage et d'une manière de voyager bien particulière.

En attendant, je vous souhaite un excellent week-end par ici ou en partance…

Voir les commentaires
29/07/13

Mi-septembre, vous découvrirez le “Routard Express" dont l’objectif est de concurrencer les Cartoville Gallimard.

Ce ne sera pas une mince affaire tant les Cartoville sont ancrés depuis plusieurs années dans le paysage des guides de voyage. Ils sont reconnus notamment grâce à leur astucieux système de pliage. Là, pour le coup, déjà un point pour ces derniers tant le pliage du “Routard Express” est peu pratique….et en tant que libraire je peux vous assurer que s'ils ne sont pas mis en avant, ils seront introuvables en rayon !

Maintenant, il y a la force du Routard derrière, à eux de poser leur patte.

Les Cartoville sont autour de 8.90 euros quand les “Routard Express” seront à 4.90 euros.

Voir les commentaires
25/07/13

Nos envies du moment…

Entre 2 clients, nous prenons le temps de nous plonger la tête dans le ventilateur, notre meilleur ami depuis début juillet.

Nous en profitons pour vous signaler q'un coup de peinture vient d'être effectué sur le site. Parmi les nouvelles fonctionnalités celle qui vous permet de partager la page d'un guide, d'une carte ou d'un livre avec vos amis sur vos réseaux sociaux préférés. 

Un grand bravo pour le travail effectué par l'équipe d'Addviso

Voir les commentaires

Les yeux du voyageur

24/07/13

Les yeux du voyageur

« Un voyage prouve moins de désir du pays où l’on va que d’ennui du pays que l’on quitte. »
Alphonse Karr 

Souvenons-nous du temps où le voyage représentait non pas seulement une aventure, mais aussi une fuite aux allures de quête. Montaigne, dans ses Essais, disait : « Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, et non pas ce que je cherche », plusieurs siècles plus tard Proust déclarait « Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux ». La dimension recherchée serait donc de fuir tout ce que l’on connaît, afin de découvrir, plus loin sur le chemin, un monde extérieur, nouveau, à même de révolutionner notre propre monde intérieur. Il faudrait ainsi se confronter à de nouvelles éthiques, des cultures dans lesquelles les notions de bien et de mal n’auront absolument pas les mêmes limites que dans les nôtres. De ces mœurs différentes, aperçues comme de nouveaux horizons, on ne peut tirer de leçons générales, si ce n’est qu’il n’existe pas de vérité absolue (Aldous Huxley admet d’ailleurs dans Tour du monde d’un sceptique que « voyager c’est découvrir que tout le monde a tort »). Les principes de justice et d’organisation sociétale diffèrent selon les endroits du globe où l’on se trouve. Huxley, toujours dans son Tour du monde d’un sceptique ira également en ce sens : « Pour se rendre compte qu’il faut de tout pour faire un monde, il faut le voir de ses propres yeux, au moins une partie de ce tout […] Mais si les voyages apportent la conviction de la diversité humaine, ils apportent aussi une conviction non moins forte de l’unité humaine. Ils inculquent la tolérance, mais ils montrent les limites qu’elle ne saurait dépasser. Les religions, les codes de morale […] varient à l’infini et chacun d’eux a droit à sa propre existence ».

Tout ce que nous pouvons faire (et c’est bien là l’intérêt !), c’est de tirer de tout cela des enseignements personnels.
Un exemple d’écart de mœurs : dans son Manifeste Vagabond, Blanche de Richemont raconte son voyage où elle se joignit à l’Azalaï, la caravane de dromadaire menée par les Touaregs, effectuant le transport du sel depuis les mines de Taoudenni jusqu’à Tombouctou. Sept cents kilomètres dans le désert, milieu justement bien éloigné de l’univers parisien. Lors des bivouacs les Touaregs, hostiles à la présence d’une femme, lui refuseront tout d’abord de manger en leur compagnie, autour du feu, ce à quoi elle s’opposera ; ils la laisseront ensuite faire mais diminueront ses rations d’eau et de nourriture. Le rapport de force entre eux sera tel que, après s’être luxée l’épaule en remontant sur sa monture, elle passera de longues heures à tenter, seule, de la remettre en place, sans pour autant demander à arrêter la progression de la caravane car sachant pertinemment qu’ils ne s’arrêteraient pas pour l’attendre. Cependant au lieu de la traumatiser, elle vécut cet épisode comme un enseignement, celui de « ne plus enfermer l’avenir dans des prédictions pour se rassurer ».
La véritable force du voyage passerait-elle par ceci ? L’exemple de Blanche de Richemont est assez violent, on peut largement avoir un choc culturel sans avoir à se démettre l’épaule. Mais, au-delà de sa blessure, c’est surtout une force infinie qu’elle a su trouver en elle, l’équivalent d’un second souffle mental. Dont elle saura ramener les conclusions chez elle, dans sa vie sédentaire.

Pour aller plus loin, on saura trouver les traces de ces fuites, à la recherche de leçons personnelles, dans d’autres ouvrages. Par exemple, Jean-Didier Urbain dans Secrets de voyage ouvre une réflexion sur la notion de mensonge durant les voyages. Certains s’inventent une vie auprès de leurs nouvelles rencontres, d’autres cherchent à faire disparaître leur passé, mais tous désirent oublier et dépasser leur condition en dehors du voyage, afin que, dans cette mythomanie, ils puissent se découvrir de nouvelles limites.  On peut également songer à Il Faudra repartir de Bouvier, récit de sept voyages, éclatés sur plus de quarante ans. Plusieurs périples, donc, à différentes époques de la vie du fameux écrivain-voyageur. Tout autant de voyages d’apprentissage et d’initiation, avec des contextes fluctuants : un homme de vingt ans ne verra pas la Chine sous le même œil que son double vieilli d’une quarantaine d’année. 

Un billet pensé et rédigé par Robin

 

Editions Payot - Tour du monde d'un sceptique (collection Petite Bibliothèque Payot)Plon - Manifeste vagabond (Blanche de Richemont)Editions Payot - Secrets de voyage (collection Petite Bibliothèque Payot)Editions Payot - Il faudra repartir - Voyages inédits (collection Petite Bibliothèque Payot) Nicolas Bouvier

Voir les commentaires
18/07/13

Il y en a un qui bosse un peu moins cette après-midi.

Voir les commentaires
14/07/13

Belle Bretagne.

Voir les commentaires
11/07/13

Un topo de randonnées sur l’ensemble du Finistère, c’est la belle nouvelle du jour.

Voir les commentaires

<< Page précédente12345678910111213141516171819202122232425262728293031Page suivante >>