Mon panier

Votre panier est vide.

Revue Bouts du Monde - Carnets de voyageurs - N° 41 - Hiver 2020

Edition, collection Revue Bouts du Monde
Destination Monde
Pays, Région, Ville Monde
Type d'ouvrage Beau livre / Récit / Roman / Carnet de voyage
Votre voyage Voyage immobile (récits, romans...)
Date de publication 3 janv. 2020
Les notes de la librairie :
Notre appréciation "très" personnelle
notenotenotenotenote

15,00 €

 

Expédition : aujourd'hui ou retrait à la librairie

0

Paiement sécuriséPaiement sécurisé Crédit Agricole

Voici l'édito de ce numéro 41

On leur avait promis l’aventure et des paysages paradisiaques. De Toulon, ils avaient embarqué avec l’insouciance de la jeunesse en direction de la Polynésie. Qu’allaient-ils y faire ? La plupart ne le savaient pas vraiment et qu’importe. Les peintures de Gauguin, cela suffisait à décider à aller voir du pays. Appelés du contingent ou militaires engagés, beaucoup ont participé à leur corps défendant aux essais nucléaires français tirés dans le Pacifique. Jean-Claude Lecoq était l’un de ceux-là. Son carnet de voyage, raconté un demi-siècle plus tard, raconte une folie : en 1968, le tir Canoplus, 170 fois plus puissant que la bombe d’Hiroshima, a ravagé à jamais l’atoll de Fangataufa.

Avant d’y envoyer des bombes atomiques, les Européens ont acheminé là-bas des missionnaires catholiques. Pas grand-chose, dans la culture polynésienne, ne convenait à la morale chrétienne : ni les tatouages aux Marquises, ni la pratique du surf à Hawaii, puisque dans un cas comme dans l’autre, cela laissait apparaître des corps trop dénudés.

Aux Marquises, Stéphanie Ledoux est allée à la rencontre de ceux qui se battent pour reconquérir leur culture. Les tatouages, les danses, la sculpture de tikis, tout ou presque était à réapprendre. Chemise à fleurs et planche sous le bras, Guillaume Hauvespre a profité d’un voyage aux abords de Waikiki pour remonter aux origines du surf. à deux doigts de tomber dans l’oubli, cette pratique ancestrale fut ressuscitée par la grâce du champion olympique de natation hawaïen, Duke Kahanamoku, qui entreprit de faire des démonstrations autour du monde.

Les récits de voyage questionnent le monde. Des larmes semblent couler sur celui d’Elisabeth Vallet à Molokai, île si discrète de l’archipel d’Hawaii qu’elle fut ignorée par James Cook. La voyageuse est allée dans la petite communauté de Kalaupapa, coincée entre des falaises infranchissables et des courants marins trop forts. Le site a semblé idéal pour isoler, des décennies durant, les lépreux d’Hawaii, livrés à eux-mêmes avec le secret espoir des autorités américaines que les malades sauront créer là un modèle autarcique. Longtemps resté une prison, le site fait désormais office de refuge où les habitants restent cachés à l’abri du monde.

Se cacher. Ce fut l’obsession de Fletcher Christian après la mutinerie du Bounty en 1787. C’est sur l’île de Pitcairn, mal localisée sur les cartes, qu’il choisit de saborder le trois-mâts de la Royal Navy pour ne jamais être retrouvé. Le dessinateur Emmanuel Michel a débarqué sur l’archipel où vivent toujours des descendants de l’une des plus romanesques épopées maritimes de l’histoire.

L’imaginaire collectif voudrait faire des îles du Pacifique un paradis. Mais ses peuples n’ont pas été épargnés par l’Histoire. Ils ne le seront pas non plus par le réchauffement climatique et la montée du niveau des océans. On voudrait que ces îles restent des sanctuaires. Il en reste un, les Galápagos, où Nicolas Richard a vu ce dont il avait rêvé si longtemps : une incroyable faune endémique et une nature protégée.

William Mauxion

 (Présentatuion de l'éditeur)

Une excellente revue qui donne envie, informe et fait voyager ! Carnets, récits, photos, dessins...Un régal à la lecture. Thème de ce numéro : Les peuples du Pacifique

Soyez le premier à donner votre avis !